/Consultation
Consultation 2018-08-31T15:09:57+00:00

Déroulement d’une séance d’ostéopathie

L’anamnèse

Lors d’une séance d’ostéopathie, le premier temps est celui de la discussion (appelé aussi anamnèse). Axé d’abord autour du motif de consultation, il est nécessaire pour bien répondre à la demande du patient, d’avoir le maximum d’informations sur tout ce qui concerne de près ou de loin, la douleur ou la demande qui motive sa visite.

L’histoire, le passé du patient sont ensuite abordés, avec des questions concernant ses antécédents médicaux, traumatiques, et plus globalement ses habitudes de vie passées et présentes.

Bien cerner la douleur, ses caractéristiques ainsi que le style de vie du patient permet d’avoir déjà une première idée des éventuelles structures impliquées dans la douleur.

L’examen et les tests cliniques

Passé ce temps de parole, la phase de tests commence. Ces tests palpatoires se font debout, assis mais surtout allongé sur la table de consultation. L’ostéopathe va examiner rigoureusement la mobilité du patient en posant ses mains sur son corps, de la tête jusqu’aux pieds. Il va tester cette mobilité au niveau ostéo-articulaire, viscéral et crânien. Ces tests permettent d’apprécier son état de vitalité global, et établir un diagnostic précis sur la cause du motif de consultation. Ce sont ces tests qui vont orienter le traitement.

Le traitement ostéopathique

Une fois le diagnostic posé, la phase de correction (ou traitement ostéopathique) commence. Elle se traduit par l’application de techniques adaptées, visant à rétablir la mobilité perdue au niveau des zones responsables de la douleur.

Passé ce temps, il est important de vérifier la qualité du traitement, constater que les techniques réalisées ont été suffisamment efficaces, que la mobilité désirée est de retour. C’est ce que l’on fait lors de cette phase de re-test, en faisant de nouveau les tests ostéopathiques initiaux, puis en demandant au patient son ressenti global, ses sensations lorsqu’il fait les mouvements qui lui provoquaient la douleur. Le retour du patient est très important ; l’ostéopathe s’est fait une idée via son toucher des changements qui sont en cours, mais les impressions finales du patient apportent d’autres informations nécessaires, permettant au praticien d’avoir une idée plus précise sur la façon dont le corps du patient réagit au traitement, et ainsi pouvoir donner la meilleure analyse et conseils en fin de séance.

Pour que le traitement soit le plus efficient, il est nécessaire que le patient comprenne  pourquoi et comment la douleur s’est installée. L’ostéopathe se doit donc de lui expliquer le plus clairement possible ce qui a été fait pendant la séance, pour éviter que la situation se reproduise.

Puis, basés sur toutes les informations obtenues pendant la séance, l’ostéopathe pourra si nécessaire, donner au patient des conseils qui vont faciliter l’action du traitement et le pérenniser. Ces conseils peuvent être de l’ordre du simple étirement, des recommandations alimentaires, de la posture au travail, des exercices de respiration, comme l’envoi chez un confrère (naturopathe, dentiste, podologue, praticien de la médecine chinoise, etc…).

Une séance d’ostéopathie tissulaire telle que je la pratique peut bien sûr avoir des effets secondaires tels que des douleurs, de la fatigue avant que le bien être ne revienne.